Graisse abdominale

Graisse abdominale, que faire ?

Si le terme « embonpoint » vous semble vieux comme le monde, il n’a jamais été autant d’actualité qu’aujourd’hui. Quand on avance dans l’âge la proportion de masse graisseuse tend à augmenter et en règle générale de manière encore plus prononcé chez les femmes que les hommes. Les kilos supplémentaires ont alors tendance à se stocker sur la partie centrale du corps.

Autrefois, on acceptait cela comme un fait inévitable du vieillissement des hommes. Désormais, nous savons qu’une augmentation du tour de taille signifie une augmentation des risques de santé. La graisse abdominale ou viscérale est particulièrement mise en cause car elle joue un rôle déterminant dans une panoplie de problèmes de santé (beaucoup plus que la graisse sous cutanée — celle que l’on peut empoigner). D’autre part, la graisse viscérale repose en interne enfouie dans les cavités abdominales où elle bloque l’espace entre les organes abdominaux. La graisse viscérale est liée à des problèmes métaboliques , une augmentation des risques cardiovasculaires et du diabète de type 2. Chez les femmes, elle est aussi associée au cancer du sein et aux opérations de vésicule biliaire.

Etes-vous formé « en poire » ou « en pomme » ? La graisse accumulée dans le bas du corps (poire) est sous cutanée, alors que la graisse abdominale (pomme) est principalement viscérale. La répartition du stockage de la graisse dans le corps est influencée par divers facteurs qui sont entre autres héréditaires ou hormonaux. Comme les preuves à l’encontre de la graisse viscérale augmentent, cela pousse les chercheurs et les cliniciens à mesurer ses conséquences,à contrôler les changements qui se produisent avec l’âge et la prise ou perte de poids en générale.



La bonne nouvelle est que la graisse viscérale se perd assez facilement avec une bonne diète et de l’exercice physique. Les bénéfices allant de la diminution de la tension à un taux de cholestérol plus favorable. La graisse sous cutanée qui est localisée autour de la taille (celle que l’on peut pincer) peut devenir très frustrante et difficile à déloger, mais chez les personnes avec un poids normal, elle n’est généralement pas considérée aussi dangereuse en terme de santé que la graisse viscérale. Les recherches suggèrent que les cellules adipeuses - particulièrement les cellules adipeuses abdominales sont actives biologiquement. Il convient de penser à la cellule adipeuse comme un organe endocrinien ou comme une glande qui produit des hormones et autres substances qui affectent profondément notre santé. Bien que les scientifiques essaient encore de déchiffrer les rôles individuels des hormones, il devient apparent qu’un taux de masse grasse excessif (surtout la graisse abdominale) perturbe l’équilibre et le fonctionnement de ces hormones. Les scientifiques ont également décelé que la graisse viscérale produit beaucoup de substances chimiques issus du système immunitaire appelés « cytokines » (par exemple facteur de nécrose tumorale et interleukine 6) ce qui peut augmenter le risque de maladie cardiovasculaire. Ces dernières en plus d’autres substances biochimiques sont soupçonnées d’avoir un effet déteriorable sur la sensibilité à l’insuline des cellules, la tension artérielle et la coagulation du sang. Une des raisons pour laquelle la graisse viscérale est si nuisible pourrait être sa proximité avec la veine porte, qui transporte le sang de la zone intestinale vers le foie. Les substances libérées par la graisse viscérale, incluant les acides gras libres entre dans la veine porte et voyagent jusqu’au foie ou ils peuvent influencer la production de lipides sanguins. La graisse viscérale est directement liée à un taux de total de cholestérol et de LDL (mauvais cholestérol) élevé, une diminution du HDL (bon cholestérol) et une résistance à l’insuline. La résistance à l’insuline signifie que les muscles du corps et les cellules du foie ne répondent pas de manière adaptée à un niveau normal d’insuline, l’hormone pancréatique qui transporte le glucose dans les cellules du corps. Le taux de glucose sanguin élevé augmente le risque de diabète. Encore une fois, la bonne nouvelle est que l’exercice physique et un bon régime alimentaire peuvent aider à se débarrasser de cette bedaine.


Alors que faire quand on a un ventre rond ?


Le point de départ pour ramener son poids sous contrôle et combattre la graisse abdominale est l’activité physique régulière à intensité modérée combinée à l’entrainement en musculation. Faire des abdos vous aidera à renforcer votre ceinture abdominale mais ne vous débarrassera pas de la graisse viscérale.

La diète est très importante. Faites attention aux portions et favorisez les légumes, les fruits et céréales complètes, bonnes sources de glucides complexes. Evitez les glucides simples comme le pain blanc les céréales raffinées et boissons sucrées. Remplacez les acides gras trans et saturés par des graisses polyinsaturées et monoinsaturées peut aussi aider.

Les scientifiques espèrent développer un traitement médicamenteux qui cible la graisse abdominale mais pour le moment les experts insistent sur le fait que le style de vie (bonne nutrition + activité physique) est toujours le meilleur moyen de combattre la graisse viscérale.

Cette article ne traite que de l’aspect scientifique du problème et ne survole que de manière très large les différentes options possibles dans le but d’agir vers la perte de poids ou de graisse viscérale. Si perdre rapidement et définitivement cette graisse est une préoccupation pour vous, nous vous proposons un rendez-vous pour une évaluation bien-être/santé. Un dialogue et de vrais options vous seront suggérées avec un ajustement permanent --> Poursuite Fitness


Posts à l'affiche
Posts à venir
Tenez-vous à jour...
Posts Récents